Date et lieu de la conférence:

"Et si nous mangions des insectes?"

Les  enjeux alimentaires auxquels nous devons faire face aujourd’hui (pollution des eco-systèmes, surfaces agricoles limitées, impact sur les ressources naturelles, recherche d'innovations.)

Les insectes comestibles (état des lieux de l’entomophagie dans le monde, intérêts nutritionnels et écologiques des insectes comestibles.) Comment introduire ce nouveau mode d’alimentation en Europe ?

En 2010, un rapport de la FAO (branche de l’ONU pour l’agriculture et l’alimentation) encourage les pays européens à adopter la nourriture à base d’insectes pour répondre aux enjeux économiques et écologiques de ce siècle.  En 2011, Cédric Auriol décide de créer le premier élevage 100% français. Ainsi est née l’entreprise Micronutris qui produit, transforme et commercialise des insectes destinés à l’alimentation humaine!

Conférencier:

Micronutris est la première entreprise en Europe à produire des insectes destinés à l'alimentation humaine. Créée en 2011, cette ferme aux allures de laboratoire de recherche est implantée dans un hangar de Saint-Orens-de-Gameville, aux portes de Toulouse. Rien ne prédisposait Cédric Auriol, 30 ans, son patron, à se lancer dans cette activité. «J'ai une formation de créateur d'entreprise et après avoir fait de l'import-export d'emballage et de sacs réutilisables pour des magasins, je cherchais à monter une activité de production qui a du sens, qui réponde aux enjeux sociaux et environnementaux d'aujourd'hui et de demain et auxquels nos sociétés sont de plus en plus soucieuses et soumises».

C'est au cours de voyages en Asie, pour s'approvisionner en emballage, que le jeune entrepreneur a eu le déclic. «J'ai visité des élevages d'insectes voués à la consommation humaine et je me suis dit qu'il y avait quelque chose à faire avec ces petites bêtes aux grandes qualités nutritionnelles. En 2050, il y aura 9 à 10 milliards d'hommes sur Terre et les modes de production traditionnels de protéines (élevages de bœuf, porc, mouton..., culture de soja), qui nécessitent une occupation toujours plus grande des sols et sont polluantes, ne pourront que partiellement répondre à la demande en aggravant malheureusement la situation environnementale. L'élevage d'insectes comestibles nécessite une surface au sol 10 fois inférieure à celle de n'importe quel autre élevage de viande, génère 10 à 100 fois moins de gaz à effet de serre, 50 fois moins d'ammoniac, nécessite très peu d'eau et ne dégage pas de méthane. Pour produire 1 kg de bœuf, il faut 10 kg de végétaux alors que pour la même quantité on produit 10 kg d'insectes.»